Lecture : Trois contes

Article rédigé par Cass’

Trois contes, Flaubert

Un cœur simple

Comme le titre l’indique, Félicité a un cœur simple. Elle repasse, prépare le couvert, fait le ménage et la lessive sans rechigner, et cela pour bien peu de reconnaissance. Elle est au service de Madame Aubain, une veuve normande, et de ses deux enfants. Mais le ménage aux apparences tranquilles est bientôt secoué par les drames…

Un cœur simple est une nouvelle que j’ai appréciée par son réalisme. Nous sentons que le personnage principal est décrit de manière vraie, sans superflu. En revanche, j’ai parfois décroché sur certains passages qui manquaient à mon goût de clarté.

La légende de saint Julien l’Hospitalier

Dès sa naissance, Julien est désigné par les dieux. Sera-t-il un « saint », comme dit à sa mère, ou un « empereur », comme révélé à son père ? Une chose est sure : dès sa plus tendre enfance, Julien n’a qu’une passion : la chasse. Parfois en bravant l’interdiction de ses parents, il part chasser dans les bois. Sangliers, biches, rapaces, hyènes, loups, rien ne lui échappe. Jusqu’au jour où le jeune garçon abat l’animal de trop. La sentence des dieux se rapproche alors…

J’ai plutôt apprécié la nouvelle, mais j’avoue ne pas avoir tout suivi vers la fin de l’histoire. En effet, l’histoire mélange selon moi au début le tragique et le fantastique, et est assez simple à comprendre. Puis, c’est le fantastique qui prend le dessus lors des dernières pages, ce qui rend la nouvelle moins compréhensible. Je trouve d’ailleurs que par la prédiction du cerf, l’histoire se rapproche du mythe d’Œdipe. Je ne vous en dis pas plus !

Hérodias

Le Tétrarque est préoccupé. Il craint tout d’abord l’attaque des Arabes sur son royaume, envers lesquels il a commis l’offense de répudier la fille du roi des Arabes. Un deuxième problème le préoccupe : Iaokanann. Iaokanann est un homme qu’il a fait prisonnier, et qui injure le Tétrarque Antipas pour sa liaison avec sa nièce, Hérodias. Mais de nouvelles personnalités s’invitent au palais, et menacent de faire basculer le cours de l’intrigue…

Des trois contes de Flaubert, c’est celui que j’ai le moins apprécié, tout simplement car c’est celui que j’ai le moins compris. J’ai trouvé l’intrigue difficile à comprendre, les personnages complexes à cerner. Plusieurs fois j’ai confondu les personnages entre eux, et il a fallu que je lise quelques commentaires de cette nouvelle pour mieux la comprendre. En dehors de cela, je n’ai pas trouvé l’histoire vraiment passionnante. Elle manquait à mon goût de rebondissements.

Laisser un commentaire