Lecture : « George Dandin », Molière

George Dandin, Molière

Qui est Molière ?

Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière est né en 1622 à Paris. Il était un dramaturge (auteur de pièces de théâtre) et un comédien français. Il a fondé sa troupe de théâtre, qui passera sous la tutelle du roi Louis XIV en 1665, renommée « Troupe du Roy ».

         Ses pièces de théâtre, souvent des comédies, sont connues à travers le monde entier. On retrouve « Dom Juan », « Le médecin malgré lui », « L’Avare », « Les fourberies de Scapin », « Les précieuses ridicules », etc.

Sa mort est dramatiquement célèbre. On raconte qu’il représentait sur scène « Le malade imaginaire », et qu’il tomba réellement malade ce soir-là. Il continua cependant à jouer, les spectateurs pensant qu’il simulait une maladie. Il mourut une heure après, en 1673.

De quoi parle le livre ?

George Dandin s’est marié à Angélique, une jeune femme noble, pour monter dans la hiérarchie sociale. Grave erreur… Il va vite comprendre que son épouse le méprise au plus haut point, et que par-dessus tout, elle le trompe. George Dandin est vexé. Il décide alors, par tous les moyens, de prouver à ses beaux-parents que leur fille le fait cocu. Mais la tâche n’est pas si simple, et la situation va vite se retourner contre lui

Mon avis sur le livre !

Molière s’est renouvelé (un peu) ! J’ai plutôt apprécié « George Dandin » pour plusieurs raisons, que voici :

D’abord, l’histoire est différente des autres pièces de Molière, qui se ressemblent beaucoup (c’est mon avis, hein !). Dans la plupart de ses pièces, il est question de mariage ou de relation homme/femme, mais le sujet de la tromperie est rarement abordé.

Ensuite, j’ai bien aimé le fait que Molière ait « inversé » les rôles. Je m’explique. Souvent dans les récits de l’époque, et même dans ceux d’aujourd’hui, c’est la femme qui cherche à grimper dans la hiérarchie sociale, et c’est la femme qui épouse un homme de manière intéressée. Et pour une fois, on montre une autre facette de ce genre de comportement.

Et pour finir, Molière ne quitte pas ses procédés comiques, ce que j’ai apprécié !

Les bulletins de Cassandre

Article rédigé par Cass’

Hi guys ! Ici, j’ai trié tous mes bulletins de la 6ème à la 3ème (comment vous dire que ça m’a bien pris du temps !).

On commence avec la 6ème :

Pour agrandir les images, faire un clic droit sur la souris et « afficher l’image ».

Ne faites pas attention au fait que parfois, les bulletins tiennent sur une seule page et parfois sur deux, l’administration de mon collège a dû trouver ça très drôle !

Allez, la 5ème :

On passe à la 4ème :

Et pour finir, l’année où tous les prof nous ont parlé du brevet pour que l’épreuve soit finalement annulée pour cause de pandémie mondiale, la 3ème !

Lecture : « Vipère au poing », Hervé Bazin

Vipère au poing, Hervé Bazin

Article rédigé par Cass’

Qui est Hervé Bazin ?

Jean-Pierre-Hervé Bazin, dit Hervé Bazin, est né en 1911. Il était un écrivain, un poète, et un romancier français. Il est notamment connu pour ses œuvres autobiographiques.D’une famille bourgeoise, il s’opposa à sa mère, qui était autoritaire. Cela lui inspirera d’ailleurs un de ses livres, sujet de cet article !

D’autres œuvres furent consacrées aux personnages de « Vipère au poing », comme « La mort du petit cheval » ou « Le cri de la chouette ». Il mourut en 1996 à Angers.

De quoi parle le livre ?

Nous voici dans l’histoire d’un petit garçon d’une dizaine d’années, Jean (surnommé Brasse-Bouillon). Le roman est à la première personne du singulier, donc c’est vraiment personnel. Il vit avec sa grand-mère, dans une auberge appelée « La Belle Angerie ». Tout va bien jusqu’au jour où sa grand-mère décède. Rentre alors un nouveau personnage dans l’équation : sa mère.

L’auteur la dépeint comme quelqu’un de fourbe, de cruel, de méchant ! Il parle d’injustice, il parle de coups de fouet, il parle de propos violents. En face, son père subit complètement la furie de son épouse. Les années passent et les trois frères, Marcel, Jean et Ferdinand, luttent pour se venger de leur mère, comme le dit leur slogan : V.F. Cela signifie « Vengeance Folcoche« . Les garçons la surnomment ainsi, car c’est un mélange entre « Folle » et « Cochone ».

Mon avis sur le livre !

Bizarrement, j’ai a-do-ré ce bouquin !!! Au début, je vous avoue qu’il ne me donnait pas franchement envie : le titre était flou, la couverture un peu fade et le livre que j’ai emprunté d’une vieille édition. Eh bien il ne faut juger pas un livre à sa couverture, c’est vrai (ni à son résumé d’ailleurs) !

Comme je vous le disais, j’ai adoré ce livre ! Je trouve déjà qu’il est extrêmement facile de s’identifier et de s’attacher aux personnages principaux, les trois frères. Ensuite, on ne s’ennuie pas. Il y a un moment de bascule dans le livre où ils commencent vraiment à se rebeller contre leur mère et à lui faire des crasses, et c’est pépite !

Je vous avoue qu’au début, et même pendant une bonne partie du bouquin, je pensais que le narrateur exagérait, et que la mère ne pouvait pas être aussi mesquine. Eh bien si, il y a un passage dans le livre qui est très concret là-dessus.

Vie quotidienne : Mon shopping de bouquins à moins d’un euro !

Article rédigé par Cass’

Mon shopping de bouquins à moins d’un euro !

comment-réussir-collège-lycée-excellence
Un euro

Dimanche 14 juin 2020 :

Aujourd’hui je suis allée chez Emmaüs avec ma mère, car comme vous le savez, je suis à la recherche des livres inscrits sur la liste de lecture du lycée Henri IV. J’y étais déjà allée quelques fois.

J’en ai trouvé 8 :

Vanina Vanini, de Stendhal

La Vénus d’Ille, de Mérimée

Antigone, de Anouilh

George Dandin, de Molière

– Des nouvelles policières, d’Agatha Christie

Trois contes, de Flaubert

Therèse Raquin, de Zola

Perceval ou le roman du Graal, de Chrétien de Troyes

livres-bibliographie-henri-iv
Livres Emmaüs

Y aller est intéressant pour 3 raisons :

  1. C’est écologique ! On recycle des objets qui sont parfois en très bon état.
  2. C’est une bonne action ! Le personnel qui travaille chez Emmaüs est composé de personnes en réinsertion.
  3. C’est économique ! J’ ai acheté 8 livres pour 6€ ! Ils sont en bon état, et je les paie moins d’un euro l’unité.

Voici le ticket de caisse qui en témoigne :

livres-bibliographie-henri-iv
Facture Emmaüs

Fiche : « Comment bien réviser ? »

Article rédigé par Cass’

Voici MA méthode de travail :

1/ Bien écouter en cours pour emmagasiner un maximum d’informations.

  • Typiquement, pour les maths, je ne travaille pratiquement pas chez moi. Pour réussir à faire ça, je suis ultra attentive en cours. Je fais tous les exercices (même les facultatifs), car c’est du travail en moins pour mes révisions. Tous ces exercices me permettent d’apprendre, et surtout de comprendre. La veille du contrôle, si je sens que tout n’est pas clair, je reprends quelques exercices. Mais généralement, ce n’est pas nécessaire.

2/ Relire ses cours souvent et les apprendre au fur et à mesure.

  • Quand je rentre chez moi, j’apprends ce que j’ai vu dans la journée, ce qui m’évite de devoir tout apprendre d’un coup la veille du contrôle (je n’ai plus à apprendre, je dois réviser. J’ai commis cette erreur pendant longtemps).
  • J’ai vu il y a quelques temps une vidéo sur la mémoire, et le spécialiste disait que la répétition, la relecture, étaient la clé de la mémorisation. D’ailleurs, la voici :

Je vous conseille d’ailleurs vraiment cette chaîne d’anglais, mais j’en ferai sûrement un article à part. Dites-moi si ça vous intéresse ! :3

Bref, j’ai essayé et c’est vrai. Pour exemple, je devais passer le brevet cette année. Je ne vous raconte pas le nombre de fois où j’ai appris, relu, révisé certains de mes chapitres d’histoire. Eh bien étonnamment, je les connais toujours, alors que j’ai une mémoire plutôt courte.

  • Je vous encourage aussi à relire vos cours quelques minutes avant le contrôle. On m’a déjà dit que c’était mauvais pour la mémorisation, parce que cela mélange les idées mais pour ma part, ça m’a toujours fait du bien d’arriver les idées fraiches devant ma feuille.

3/ Apprendre de manière efficace.

  • J’ai une technique que j’utilise depuis la 6ème qui me permet d’apprendre mes cours de manière rapide et efficace : je les réécris. Je vous le concède, j’écris de manière brouillonne et rapide. En fait, mon but n’est pas de réécrire mes cours, mais de les apprendre en les réécrivant. Je peux vous assurer que c’est une méthode infaillible pour mémoriser un maximum d’informations en un temps record. En tout cas, ça marche très efficacement sur moi ! Tenez, ça donne ça :
comment-bien-réviser-fiche-pratique-révisions-examens
Comment bien réviser ?

D’ailleurs, les changements de couleurs sont une bonne idée pour ceux qui ont aussi une mémoire visuelle comme moi !

  • Ensuite, je vous conseille de travailler dans un lieu calme. Pour ma part, je mets de la musique seulement pour faire des devoirs qui ne me demandent strictement aucune concentration (sinon je me mets à chanter et c’est la catastrophe :b). Et sortez le téléphone de votre chambre (je suis bien placée pour savoir que sinon, je me déconcentre toutes les 30 secondes) !!!
  • La veille d’un contrôle, vous pouvez aussi demander à un de vos parents (ou frère et sœur, peu importe), de vous interroger. Je me souviens quand j’étais en 6ème, je devais apprendre 25 définitions de SVT à chaque vacance (un calvaire). J’en apprenais environ 3 par jour en les écrivant, et comme j’étais seule, je m’enregistrais sur mon téléphone en annonçant dans le désordre les mots à apprendre, et leur définition. Ensuite, j’écoutais l’enregistrement, j’appuyais sur pause et je récitais. Je relançais l’enregistrement pour voir si ce que j’avais dit était bon.

Voilà, c’était mes 3 tips fon-da-men-taux qui me permettent de mémoriser rapidement un maximum d’informations. J’ai toujours appliqué ces techniques, et il m’arrive très rarement de perdre des points de « cours » au contrôle, car je les connais toujours sur le bout des doigts ! 😉 Dites-vous que les points de mémorisation sont les points les plus faciles à gratter, ce serait bête de les perdre ! :b

Lecture : « La dame de pique », Pouchkine

La Dame de pique, Alexandre Pouchkine

Pouchkine

Article rédigé par Cass’

Qui est Alexandre Pouchkine ?

Alexandre Pouchkine est né en 1799. Il était un dramaturge, un poète et un romancier russe. Ses principales œuvres sont « Eugène Onéguine » et « Boris Godounov« .

Issu de la noblesse, il écrivit plusieurs poèmes qui, en contradiction avec la politique du tsar, lui valurent d’être exilé. Il fut pardonné en 1926.

Comme Molière, sa mort est dramatiquement célèbre. Il fut tué par une balle dans l’abdomen en 1937 lors d’un duel contre Georges-Charles de Heeckeren d’Anthès. Il soupçonnait en effet le militaire de courtiser sa femme. La mort de Pouchkine est d’ailleurs très proche d’une de ses nouvelles que j’ai lues, « Le coup de pistolet »

De quoi parle le livre La Dame de Pique ?

            Hermann n’a qu’une envie : gagner au jeu. Il tombe alors amoureux de Lizaveta Ivanovna, une jeune femme au service d’une riche comtesse. Mais il apprend rapidement que cette comtesse n’est pas n’importe qui. Elle détient le secret de la combinaison gagnante au jeu. Hermann est prêt à tout pour l’obtenir. Vraiment tout…

Mon avis sur le livre !

            J’ai trouvé l’histoire un peu glauque (vous verrez pourquoi). Surtout, je n’ai pas vraiment aimé que le résumé du bouquin me SPOILE la fin de l’histoire ! J’ai trouvé que ça enlevait du piquant à l’œuvre, mais j’ai bien conscience que ce n’est pas objectif.

J’ai aussi lu du même auteur « Les Récits de feu Ivan Petrovitch Belkine » (un ensemble de 5 nouvelles) et encore là, peu d’histoires se sont bien finies. Les 5 nouvelles étaient « Le coup de pistolet », « La tempête de neige », « Le marchand de cercueils », « Le maître de poste » et « La demoiselles paysanne ». Parmi elles, j’ai préféré « La demoiselle paysanne », la plus joyeuse, je pense.

PS : Un conseil : ne lisez pas le résumé de trop prêt

Vous pouvez vous procurer le livre ici.

Lecture : « Les femmes savantes » de Molière

Article rédigé par Cass’

les-femmes-savantes-molière
Les femmes savantes

Qui est Molière ?

            Jean-Baptiste Poquelin, dit Molière est né en 1622 à Paris. Il était un dramaturge (auteur de pièces de théâtre) et un comédien français. Il a fondé sa troupe de théâtre, qui passera sous la tutelle du roi Louis XIV en 1665, renommée « Troupe du Roy ».

            Ses pièces de théâtre, souvent des comédies, sont connues et appréciées à travers le monde entier. On retrouve par exemple « Dom Juan », « Le médecin malgré lui », « L’Avare », « Les fourberies de Scapin » ou encore « Les précieuses ridicules ».

Sa mort est dramatiquement célèbre. On raconte qu’il représentait sur scène « Le malade imaginaire », et qu’il tomba réellement malade ce soir-là. Néanmoins, il continua à jouer tandis que les spectateurs pensaient qu’il simulait une maladie. Il mourut une heure après, en 1673.

De quoi parle le livre ?

            Clitandre et Henriette veulent se marier. Seulement la mère de cette dernière, Philaminte, en a prévu autrement. Philaminte est une femme autoritaire, hautaine et prétentieuse. Elle pense détenir la clé de tous les mystères du monde en vénérant la philosophie. C’est pour cela qu’elle a choisi pour gendre le pédant Trissontin, qui convoite secrètement la fortune de la famille.

Mon avis sur le livre !

            Cette pièce ressemble beaucoup aux autres pièces de Molière que j’ai pu lire. Il y a encore un mariage compromis, une histoire d’argent, et un personnage principal borné (ici, Philaminte). Cependant, j’ai un peu moins aimé cette pièce que les autres pour deux raisons car :

– Premièrement, j’ai déjà lu beaucoup de pièces qui traitent de sujets assez similaires.

– Ensuite, il y avait moins de touches comiques que dans les autres œuvres de Molière, comme « Le malade imaginaire », ou « Les fourberies de Scapin ». « Les femmes savantes » reste clairement une comédie, car il y a beaucoup de dérision et de Satire envers Philaminte.

Le livre se lit assez facilement. Surtout, je tiens à souligner que le l’histoire est entièrement écrite en vers, avec des rimes et des alexandrins ! J’ai beau en avoir lu beaucoup, ce genre d’œuvre me fascine toujours !

Lecture : « Le joueur d’échecs », de Stephan Zweig

Le joueur d’échecs, de Stephan Zweig

le-joueur-d'echecs-stephan-zweig

Le joueur d’échecs, Stephan Zweig.

Qui est Stephan Zweig ?

Le joueur d’échecs est un livre écrit par Stefan Zweig de 1938 à 1941

Stefan Zweig est né le 28 novembre 1881 dans la ville de Vienne en Autriche-Hongrie. Il est mort le 22 février 1942 à Petrópolis au Brésil. C’était un écrivain dramaturge. Il était aussi journaliste et biographe autrichien.

Ces œuvres sont très variées car il a fait des poésies, des romans, des nouvelles et des pièces de théâtres. Le joueur d’échecs est une nouvelle (petit livre).

Pour la petite histoire, il s’est suicidé avec sa seconde femme.

De quoi parle le livre ?

Sur un paquebot à destination de Buenos Aires se trouve le champion du monde d’échecs ainsi qu’un joueur d’échecs modeste qui a été enfermé dans une prison nazie. Il y a aussi quelques d’échecs amateurs dont l’un est le narrateur.
Qui va gagner ?

Mon avis sur le livre !

Il est facile à lire et il y a, comme dans presque tous les récents livres classiques, des traductions pour des mots assez recherchés.

En plus, il parle de ma passion, les échecs, alors, que demander de plus !

Bonne lecture !

Vous pouvez vous procurer le livre ici.

,

Lecture : « Les fourberies de Scapin » de Molière

les-fourberies-de-scapin-de-moliere

Les fourberies de Scapin est une pièce de théâtre écrite par Molière.

Qui est Molière ?

Jean-Baptiste Pacquin, dit Molière est né en 1622 à Paris. Il était un dramaturge (auteur de pièces de théâtre) et un comédien français. Il a fondé sa troupe de théâtre, qui passera sous la tutelle du roi Louis XIV en 1665, renommée « Troupe du Roy ».

Ses pièces de théâtre, souvent des comédies, sont connues et appréciées à travers le monde entier. On retrouve par exemple « Dom Juan », « Le médecin malgré lui », « L’Avare », « Les fourberies de Scapin » ou encore « Les précieuses ridicules ».

Sa mort est dramatiquement célèbre. On raconte qu’il représentait sur scène « Le malade imaginaire », et qu’il tomba réellement malade ce soir-là. Néanmoins, il continua à jouer tandis que les spectateurs pensaient qu’il simulait une maladie. Il mourut une heure après, en 1673.

De quoi parle le livre ????

Les fourberies de Scapin raconte l’histoire de deux amis qui ont épousé en secret deux jeunes femmes.

Pour qu’ils ne le sachent pas, Scapin, valet fourbe d’un des deux jeunes, trouve quelques solutions.

Les pères vont-ils le démasquer ?

Mon avis sur le livre !

Le livre est assez compréhensible grâce aux définition des mots compliqués en bas de la page.

En plus la fin est imprévisible.

Molière me fait vivre beaucoup de suspens à travers ses livres dont « Les Fourberies de Scapin » peut en témoigner.